Street Art à Melbourne: du graffiti à l’art de la rue

This post is also available in: enEnglish

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

Melbourne, 

est une ville artistique, cool et cosmopolite qui la différencie de sa -presque- voisine Sydney, plus “économique & dynamique” à mon sens.

 

Il suffit de se balader dans le CBD (Central Business District) pour se rendre compte que c’est pas pour rien que Melbourne est la capitale de l’art en Australie! Hé oui, le Street Art est une affaire sérieuse à Melbourne!

Pendant 2 jours, nous avons parcouru les “lanes” de la ville (petites ruelles plus ou moins confidentielles) afin de découvrir ces oeuvres urbaines. Moi qui peins de l’art abstrait (entre autre) et qui photographie, je me suis rendue compte que quand on aime l’art, c’est parfois frustrant de ne pas comprendre quel message l’artiste veut faire passer.

Je ne sais pas si c’est le cas pour vous mais pour moi c’est un détail qui compte beaucoup.

C’est donc pour ça que j’ai effectué quelques recherches (crédits à la fin de l’article) pour vous parler au mieux du Street Art de Melbourne.

 

Les débuts du Street Art à Melbourne

Le Street Art à Melbourne débute dans les années 60. À l’époque, des messages politiques étaient relayés sur les portes et dans les toilettes des pubs. C’est dans les années 80, à l’heure du punk et du hip-hop que des graffitis et des dessins plus esthétiques apparaissent. On trouvait alors ces dessins le long des voies ferrées ou dans les tunnels. Cette tendance perdura jusque dans les années 90. Tout cela était bien illégal à l’époque.

Puis, le Street Art commence à se moderniser et à ne plus être perçu comme une forme de revendication.

Aujourd’hui, le Street Art est autorisé dans certaines rues (il suffit d’appeler au numéro inscrit sur le mur afin d’obtenir une autorisation de la mairie pour une oeuvre visible pendant maximum 6 mois), ou – au contraire- totalement interdit et passible d’amendes dans d’autres rues. Mais il n’est plus considéré comme un acte criminel comme c’était le cas avant.

À Melbourne, Hosier lane, Union lane ou encore ACDC lane sont celles qui le tolère.

Ces rues sont constamment en mouvement artistique. D’abord sur les murs où tout change d’un jour à l’autre mais aussi dans l’animation que cela engendre. Elles sont devenues, au fil du temps et de l’évolution de l’art urbain, de réelles attractions touristiques: les uns posent et les autres photographient, animant tout au long de l’année le centre ville de Melbourne.

Parfois, de réelles oeuvres d’art ont étés commandées. Les artistes sont rémunérés pour les réaliser, leur offrant alors une visibilité nationale (voir internationale) pour certains.

 

 

 

 

 

ACDC lane

Cette petite ruelle -qui porte le nom du célèbre groupe de rock australien- est l’une des plus célèbre du Street Art de Melbourne. À l’heure où j’écris cet article, vous pouvez y voir -entre autre- l’oeuvre de l’artiste australien Makatron.

Pour la petite histoire: quelques semaines avant de concrétiser son idée, il lance un appel sur ses réseaux sociaux afin que les parents envoient les dessins de leurs enfants pour en faire une oeuvre d’art. Et voilà comment  les dessins  sélectionnées se sont retrouvés sur l’une des lanes les plus en vue de Melbourne! Perso, je trouve l’idée trop fun!!

Juste en face dans la même ruelle, des dizaines d’affiches du célèbre groupe rock américain Foofighters recouvrent le mur tout entier: génial!!

 

 

 

La fresque “Melbourne” avec les roses rouges (photo de gauche), dans la rue perpendiculaire à ACDC lane est de Steen Jones.

Elle fait face à la magnifique oeuvre de Fintan Magee qui sensibilise sur la cause des réfugiés déracinés (photo de droite).

 

 

 

Ailleurs, on trouve aussi des oeuvres mélangeant graffitis et dessins.

Comme celle-ci de l’artiste Heescooriginaire de Mongolie. C’est une amie mannequin qu’il a peint sur ce mur (photo de gauche). Et voici (photo de droite) une fresque qu’il a réalisé à l’occasion de la cérémonie des World’s 50 best restaurants 2017 qui s’est déroulée en avril dernier à Melbourne. Très réussi!

 

 

Les oeuvres qui m’ont le plus touchées dans tous ce que j’ai vu sont clairement celles de l’artiste Adnate, un artiste engagé sur la cause aborigène. Son but est de sensibiliser le grand public. Il peint des portraits en partant du principe que “chacun a une histoire qui vaut la peine d’être raconter”. Cette idée me parle beaucoup puisque c’est ce que je ressens en général, quand je photographie ou non. C’est d’autant plus étonnant qu’avant même de savoir les intentions de l’artiste, j’ai moi-même été très touchée par cette oeuvre parmi toutes les autres! Aaah oui je sais… je suis une grande sensible!!!

 

 

Comme un peu partout dans la ville, Fitzroy offre un mélange de fresques surprenantes, de graffitis colorés et et de grands désordre mêlant poubelles, cagettes, et cartons. Ce qui rend la ville -et surtout les petites ruelles- étonnement vivante et dynamique.

  

 

Le sujet du Street Art à Melbourne est interminable! Il y a tant d’oeuvres aux 4 coins de la ville qu’elle compte, sans aucun doute selon moi, parmi la Scène Internationale de l’Art urbain.

Mes yeux se sont aussi bien arrêtés sur des détails que sur des ensembles. Grâce à ma passion pour l’art, Melbourne et son atmosphère m’a transporté! Également passionnée par la photographie, je ne savais plus où donner du mégapixels et -de toute façon- (malgré tous mes efforts et la qualité de mon matériel), il faut être ici pour éprouver ce que j’ai ressenti.

J’ai vraiment aimé le mélange de toutes ces oeuvres travaillées, du collage au graffitis sur les poubelles en passant par les impressionnantes fresques et les “expositions” diverses.

Le Street Art, c’est ce qui rend Melbourne fascinante!

 

     

         

 

 

Pour aller plus loin:

Lors de mes recherches, j’ai découvert que des tours comme le collectif d’artistes de rue The Blender studios, organisent des visites à travers le CBD pour aller à la rencontre de l’art urbain et de son histoire. Vous l’avez bien compris, la visite est faite par les artistes eux-même! Je trouve le concept super intéressant du fait que c’est un véritable partage plus qu’une visite touristique classique. Du coup, les tours proposés offrent un regard différent, pointu et professionnel sur l’art urbain à Melbourne. Le Street Art: Qui? Quoi? Ou? Comment? Pourquoi? Suivez le guide! (Encore faut-il avoir un bon niveau d’anglais pour suivre le garçs (ou la nana)!)

Où: The Blender studios

Prix: $69 (50 euros)

 

 


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire